La cimenterie (page 1/2)

Dans le bassin minier il y a une petite ville, dans cette petite ville il y a une carrière, à côté de cette carrière il y avait une cimenterie. Une activité quelque peu atypique au royaume de la houille, mais qui rappelle la richesse du sous-sol à tous les niveaux. Si le charbon s'est formé il y a 320 millions d'années, alors que la région était une forêt luxuriante épisodiquement envahie par la mer ; les dépôts calcaires remontent quant à eux seulement à 95 millions d'années, quand la mer recouvrait totalement ce qui deviendra le siège d'une industrie visant a extraire une couche géologique, et qui provoquera le déplacement de nombreuses populations, aboutissant à un phénoménal métissage culturel. Tout ça grâce au hasard géologique...

Mais ne nous égarons pas. En raison de sa formation récente, le calcaire est enfouit beaucoup moins profondément que le charbon, donc accessible par exploitation à ciel ouvert. Le ciment Portland (nom générique du ciment artificiel), matériau indispensable aux constructions modernes, est justement fabriqué à partir de calcaire. Ce calcaire, mélangé à d'autres ingrédients comme l'argile, est finement broyé avant d'être injecté dans un four rotatif. Au fur et à mesure que le mélange avance dans le four, sa température atteint 1500°C, il est alors brutalement refroidit. On obtient ainsi du clinker. Il est lui aussi broyé et l'on y ajoute d'autres éléments (comme le gypse où le laitier de haut fourneau) en fonction des propriétés désirées.

Dans cette cimenterie, seule quelques silos et une salle de broyage subsiste. Étant donné sa proximité avec les silos visiblement utilisés pour le stockage du produit fini, il est probable que les broyeurs en question soient ceux utilisés dans l'élaboration finale du clinker. Tous les autres bâtiments n'existent plus. [Photos prises en janvier 2009]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite>

Autres industries

Sommaire