Usines Béghin (page 3/10) - La cartonnerie

Faire du carton ou du papier repose sur le même principe général : retirer l'eau d'une pâte essentiellement composée de fibres de bois. Sans l'élément liquide, les fibres s'assemblent pour former une feuille. Le but d'une machine à papier ou à carton est donc essentiellement d'égoutter, d'essorer, puis de sécher cette pâte.

L'égouttage se fait au niveau de la table de fabrication. c'est une toile sur laquelle est injectée la pâte. La toile, tendue entre des rouleaux, avance à la même vitesse que la pâte est injectée. L'eau s'écoule naturellement entre les fibres de la toile. L'essorage a lieu entre les rouleaux des presses. Vient ensuite le séchage : là, il va falloir faire preuve d'ingéniosité. Comment sécher une feuille qui file à plusieurs mètres par minute sans qu'elle ne casse ? En la faisant passer sur des rouleaux ! Des rouleaux chauffés à la vapeur et autour desquels la feuille passe, pour sortir parfaitement sèche au niveau de la bobineuse.

En pratique, faire du carton et du papier n'est pas le même métier. Pour le papier, il y a une seule feuille, donc une seul table de fabrication. Le carton est quant à lui constitué de plusieurs feuilles assemblées entre elles, pour lui donner son épaisseur. Le carton d'emballage, comme celui fabriqué à Corbehem, possède également une face interne, et une face externe, lisse et imprimable. La formation de la feuille va donc être plus longue dans le cas du carton. La face interne est fabriquée à partir de formes rondes (les formers), qui prélèvent les fibres en suspension dans la pâte. Chaque former ajoute des fibres à la feuille, ce qui augmente son épaisseur. La face externe est formée sur une table plate classique (système Fourdinier). Les deux feuilles, celle provenant des formers et celle arrivant de la table Fourdinier, sont assemblées sur un rouleau marieur. La suite est classique : presses, puis sécherie.

 

La machine à carton n°2 dans les années 80 (© Beghin-Say)

 

Plan longitudinal de la MC 2 (© Beghin-Say)

 

Le même lieu en 2010. La machine a été démontée et revendue à un entreprise chinoise. Au premier plan se trouvait la partie humide

 

 

L'ancien emplacement des formers de la MC 2...

...le même endroit en 1991, lors de la rénovation de la machine (© Stora-Feldmühle)

 

 

 

Arrivées de vapeur pour les rouleaux de la sècherie

 

 

Quelques petites projections de pâte sur un tableau électrique de la MC 2

 

<Retour Suite>

Autres industries

Sommaire